MSI change de direction mais garde le cap

sMSI (Micro-Star International, Co. Ltd) à le vent dans le dos depuis quelques années, ses ventes de PC portables gamer ne cessent de progresser. La notoriété du constructeur, sur ce segment de marché, n’est plus à discuter. Le géant taïwanais a changé son équipe de direction au mois de janvier dernier. L’exécutif est désormais contrôlé par une équipe de professionnels, employés de longue date dirigés par le nouveau président et CEO Sheng-chang Chiang.


Du cheap au chic le dragon change de cible

Depuis sa création, en 1986, par 5 anciens employés de chez Sony, la progression de MSI sur notre sujet de prédilection, les PC portables gamer, est assez impressionnante. Il y a tout juste 10 ans, acheter un PC portable de jeu MSI était, il faut le dire, un peu un choix par défaut. Déjà, il y avait peu d’acteurs sur le marché. Leurs produits souffraient de la comparaison avec Alienware (M17x – R4) ou Asus (ROG G75x). Les machines, en plus d’être aussi sexy qu’un porte avion, chauffaient trop. La qualité des matériaux ou des finitions n’étaient clairement pas à la hauteur de la concurrence. Le principal point positif était qu’à configuration égale, MSI était bien moins cher.

Tout a changé en 2014 avec l’arrivée de nouveaux produits segmentés en fonction de l’épaisseur. D’un côté, les slims avec la série GS, de l’autre, les épais avec la série GT72. Bénéficiant d’une meilleure conception et de choix de matériaux plus flatteurs, ces deux séries vont tirer la marque vers le haut et faire, en bonne partie, cesser les critiques. Le changement d’image était amorcé. Mais pour devenir leader, il faut innover et parfois prendre le contre-pied du marché.

Alors qu’Alienware décide d’arrêter le format 18 pouces, MSI annonce son GT80 Titan. SLI de GTX 1080 (parfaitement inutile, mais au combien important pour pulvériser du bench), épaisseur 5 cm, et une première mondiale : un clavier mécanique. Une débauche de performance afin d’entrer avec fracas, dans le cercle fermé des ordinateurs portables les plus performants du monde. Mais pas forcément de ceux qui se vendent le mieux, car le prix était en adéquation avec ses performances : titanesque. D’ailleurs, c’est un peu le hic de cette métamorphose. MSI n’est plus cheap, MSI est devenu chic et cher. Le GS 75 thin ci dessus en est la démonstration.

Dominer n’est pas gagner

Dans une interview publiée sur le très sérieux site Digitimes, le nouveau CEO annonce qu’il n’y aura pas de bouleversement pour cette année, mais il souhaite améliorer la rentabilité. On ne s’en serait pas douté…

 » My most important work is to coordinate all MSI staff to improve efficiency « 

Côté PC portable, la situation est plutôt bonne pour MSI, et ce malgré une conjoncture compliquée (pénurie Intel, fin de vie GTX 10xx). MSI annonce environ 4 millions d’unités vendues (PC portable gamer avec au minimum une GTX 1060). Ce sont les modèles à la plus forte valeur ajoutée. Ils sont la priorité de la marque selon le CEO, qui compte beaucoup sur la nouvelle génération Nvidia pour contrer la baisse annoncée du marché. En effet la progression des ventes mondiales est estimée à 10 % pour 2019 quand elle était à 12-15 % en 2018. Nous sommes moins optimistes que lui sur l’influence des nouvelles RTX. Le portage de la génération Turing sur Laptop risque de faire couler beaucoup d’encre.

Sheng-chang Chiang estime que le marché du PC portable gamer est proche de la saturation et qu’il est difficile d’aller chercher des parts. L’innovation, la qualité des produits, tenir compte du retour client ou soutenir l’E-Sport sont les axes majeurs, selon le CEO, pour maintenir la position de MSI et accroître sa domination dans le gaming. 

Un châssis gamer peut cacher un pro !

Enfin, le Taïwanais continue de lorgner du côté du monde PRO. La gamme MSI Workstation, astucieusement basée (économie d’échelle) sur les châssis gamer du constructeur, est loin de bousculer les HP Zbook ou Lenovo P séries. Le marché pro est bien différent du marché consumer et s’y faire une place au soleil demande beaucoup de temps (it’s a long way…). Par contre le marché dynamique du streaming et plus globalement de la production multimédia mobile ouvre une brèche. Brèche dans laquelle MSI compte bien s’engouffrer.

 » As the number of Youtubers and streamers is growing quickly, their demand for notebooks with performance and multimedia software support is growing, and therefore, MSI is developing notebooks for such a group of customers and expects sales to increase gradually in the next three years. « 

Il faudra attendre pour évaluer l’efficacité de cette nouvelle direction. Mais les propos du CEO Sheng-chang Chiang ont dû rassurer en partie ses employés. Il n’y aura pas de révolution pour cette année. La volonté de s’appuyer sur les forces vives internes à l’entreprise est aussi un choix fort. Pour ce qui concerne P4G, nous avons actuellement le MSI GS 75 thin 8RD et sa RTX 2070 entre les pattes (d’ours) du rédac chef et la publication du test est imminente !

Meilleures réponses

  1. C’est vrai que le marché est saturation, le potentiel est tapé chez les professionnelles.
    Après, il peut proposé un nouveau design et de nouveaux tarif, car il y a des part de marcher à prendre en terme de petit tarif, après il faudrait que Nvidia voit à la baisser leur tarif de gpu et ce n’est pas gagné.

Rejoindre la discussion sur le forum

Participants

A propos Nicolas Boutet 42 Articles
Amateur de PC portables pas forcément que gamer, de ballons ronds et de boissons aux céréales. Aime bien passer des heures à mettre au point une machine de jeu mais oublie souvent de jouer avec.