I4G – IN WIN BP671 – Analyses & Conclusions

Publié à 7:11 par - Dans Archives - Pas de réactions.

Page 1 – Présentation Page 2 – Montage
Page 3 – Protocole de tests Page 4 – Résultats
Page 5 – Analyses & Conclusions


Analyses du IN WIN BP671


Comme vous pouvez le constater ce petit In Win BP671 n’a pas à rougir des meilleurs P4G du moment.

Processeur Intel Ivy Bridge Core i7 3770S :
Ce dernier brille par son efficacité/ratio Performance/Consommation. En effet, avec un TDP de 65W, chaque coeur d’exécution est aussi rapide qu’un coeur de Sandy bridge, tout en chauffant moins. Bref, Ivy Bridge, sans être révolutionnaire, constitue une excellente optimisation du déjà, très bon, Sandy Bridge.

iGPU Intel HD Graphics 4000 :
Très bonne surprise de ce test. En effet, même si les tests en 1920×1080 sont peu flatteurs envers lui, les tests en 1280×720 montrent qu’il parvient à afficher tous les jeux actuels correctement (pas à fond non plus). Alors si en jeu, le HD Graphics 4000 montre son meilleur profil, il pêche toujours par des drivers très moyens, voir médiocres. Un seul exemple significatif : en connectant en HDMI l’ordinateur à un amplificateur ou une matrice HDMI, nous avons obtenu un magnifique BSOD (blue screen of death), contrairement aux drivers AMD avec lesquels tout fonctionne parfaitement. Ce bug constitue vraiment un sérieux handicap pour un usage multimédia. Bref, cet HD Graphics 4000 s’illustre par une réelle progression en termes de performances ludiques mais reste toujours contraint par des drivers contraignants et limités.

Asus P8H77-I :
Servi par le chipset Intel H77, cette carte mère constitue une réelle bonne surprise. Elle est rapide au niveau du SATA 6G, mais aussi en USB3.0, qui est géré directement par le H77 contrairement aux générations Sandy Bridge.
La gestion semi automatique de la ventilation est un véritable atout, car elle permet, tout simplement, de rendre l’ordinateur quasi inaudible, tout en garantissant un bon refroidissement.
En plus, nous n’avons rencontré aucun souci de Throttling CPU en la combinant avec l’Intel Core i7 3770S. Attention, cela ne signifie pas qu’avec un CPU ayant un TDP plus élévé, il n’y aura pas de soucis non plus.
Bref cette carte est du tout bon.

VTX3D AMD HD7750 Low Profile :
A dire vrai, c’est cette carte graphique qui nous a poussé à réaliser cette configuration. Cette dernière a éveillé notre curiosité avec son excellente efficacité, inédite. En effet, pour un TDP de 55W, cette HD7750 obtient des performances comprises entre une GTX560M et une GTX570M, ce qui permet de jouer de manière très acceptable, même en 1920×1080. Sur certains jeux même, comme Crysis 2, elle se permet de doubler la Nvidia GTX570M. A noter la belle performance sous Sniper Elite V2 qui illustre plutôt la mauvaise optimisation des drivers Nvidia sur ce jeu récent sponsorisé par AMD.

Au niveau overclocking, la AMD HD7750 n’offre rien de miraculeux. Effectivement, n’étant seulement alimentée que par le port PCI-express, soit 75W, et ne possèdant qu’un petit système de refroidissement, cette carte ne peut pas battre des records d’overclocking. La compression de volume offerte par ce format low profile possède visiblement ses limites. Néanmoins, l’overclocking permet d’obtenir des gains jusqu’à 10%, ce qui est toujours bon à prendre, surtout qu’il est quasiment gratuit.

Enfin, au niveau des nuisances sonores, en charge, cette HD7750 devient audible mais reste toujours tolérable. En bureautique, grâce au profil de ventilation optimisée (25% du ventilateur), la carte demeure quasi-inaudible.

Consommation :
Une seule valeur : 37W en bureautique! Alors là, avec la puissance disponible, cette consommation est vraiment hallucinante! L’ensemble des composants (CPU, GPU, mais aussi alimentation Seasonic Gold) contribuent à cet excellent résultat!
Même en charge, la consommation reste maitrisée avec seulement 150W sous un OCCT power supply. a titre de comparaison, notre sugo SG07 consomme 295W sous ce même test OCCT power supply.

Refroidissement :
Le Prolimatech Samuel 17 surmonté par un Noctua P12-PWM contrôlé par l’Asus P8H77-I réalise un excellent boulot. Le processeur reste frais (80°C maximum) et le ventilateur reste quasiment inaudible. Bref un excellent rapport refroidissement/nuisance sonore.
Sur le chassis, le Noctua NF-R8 PWM contrôlé par l’Asus P8H77-I réalise également un excellent travail, tout en discrétion également.
Enfin le ventilateur équipant l’alimentation Seasonic SS-350TGM parvient à refroidir l’alimentation mais aussi à évacuer une partie de la chaleur du boitier en discrétion.
Bref, que ce soit Prolimatech, Noctua ou Seasonic, les composants ont été à la hauteur de leur réputation.


Conclusions du IN WIN BP671


Il est maintenant temps de conclure. Cet IN WIN BP671 illustre parfaitement une partie méconnue des I4G (ITX4GAMERS). En effet, d’un côté, nous avons le SUGO SG07 qui représente le boitier mini ITX ultime pour une configuration gamer sans compromis, et d’un autre côté, cet IN WIN BP671 offrant un compromis plus orienté volume occupé.
Ces deux I4G ne semblent pas destinés au même public exactement, mais ils partagent toutefois cette dimension gamer plus ou moins prononcée en commun.
Au final, nous trouvons que cet IN WIN BP671 offre un compromis très intéressant, bien équilibré, avec une dose importante d’évolutivité. Nous espérons également que cette AMD HD7750 ouvre la voie à d’autres modèles de carte graphique gameuse low profile (puce plus puissante, meilleur système de refroidissement plus efficace, plus discret en charge, etc).

Pour en discuter, direction le Forum.