GX60 – II – Le GX60 et la plateforme AMD Trinity

Publié à 11:23 par - Dans Archives - Pas de réactions.

Page 1 – Présentation Page 2 – La plateforme Trinity
Page 3 – Protocole de test Page 4 – Résultats et analyse
Page 5 – Conclusion

C’est un petit peu le clou du spectacle, la bête de foire : « Tiens, un CPU AMD, mais qu’est-ce que ça fout là ? ». Nous n’allons pas vous détailler le châssis MSi que l’on connait depuis une paire d’années, les photos vous parleront d’elles-mêmes : il y a beaucoup de place là-dedans, et MSi fournit le support nécessaire à l’adjonction du deuxième disque dur.

Il y a peu à dire sur le châssis: il y a moins de lumières, ce qui n’est pas pour nous déplaire: la connectique est toujours aussi pléthorique; enfin, petit détail intéressant, la diode présente sur le bouton de démarrage indique sur quel GPU la machine tourne: blanc pour l’IGP, orange pour le GPU dédié. Petit détail intéressant et bien utile pour savoir si le GPU a été pris en compte.

La galerie photo à venir, en attendant, vous pouvez vous reporter ici.

Nous préférons plutôt rappeler un peu ce qu’est cette plateforme Trinity : il s’agit de la deuxième itération d’APU d’AMD pour le milieu de gamme, l’entrée de gamme étant réservée à Brazos. Très honnêtement après le fiasco Bulldozer et les perfs en demi-teinte du VLIW4 des HD6970/50 desktop, nous avions tout pour nous inquiéter. La partie CPU de Trinity repose sur une révision de BullDozer appelée « PileDriver », qui est censée apporter, à fréquence égale, un bond de 10 à 15 % de performances.

Pour ceux qui ne connaîtraient rien de BullDozer, nous vous laissons vous reporter à l’article d’HardWare.fr sur le sujet.

Par rapport à la génération précédente d’APU, équipée de Cores « Stars » K10, sur le papier, on a toujours 4 cœurs et un IGP, mais dans la réalité, les 4 cœurs sont 2 modules CMT (un pendant de l’hyper-threading d’intel, en très schématique). On arrive parfois à des paradoxes en terme de performance par rapport à la génération précédente et vous voyez déjà poindre une partie du problème : cette machine joue dans une cour située entre les i3 et i5 mobiles, elle ne peut pas approcher les Core i7.

L’IGP possède 384 Stream Processors : grosso modo, il apporte des performances situées entre une Mobility Radeon HD5670 et une Radeon HD6650M. De ce côté là, pas trop de souci.

On a donc un APU assez performant pour les performances que l’on est en droit d’attendre de lui … mais sur une machine n’ayant pas la vocation qu’on lui a trouvée avec ce GX60.

Enfin, le GPU dédié est une HD7970M, avec ses 1280 Cores GCN, ses 2 GB de GDDR5 sur un bus 256 bits.

La machine que nous avons reçue était déjà équipée de 8GB de DDR3, et il semble qu’MSI adjoigne nativement 8GB aux prochaines machines.

Nous avons donc une machine bien assemblée, comme a su nous le montrer régulièrement MSi, mais d’aspect nettement plus « cheap » qui nous rappelle les GX660 et GT663. Il y a peu de fautes de gout, mais l’aspect général n’a pas l’allure du GT70 que nous avons pu avoir entre les mains. Mais en même temps le budget n’est pas le même.

Passons à présent à notre protocole de test.

Page 3 – Protocole de test