Clevo P150EM – Résultats et analyses

Publié à 5:59 par - Dans - Pas de réactions.

 

Page 1 – Présentation Page 2 – Petit tour du propriétaire
Page 3 – Résultats et analyse Page 4 – Conclusion

 

Voici quelques tests illustrant les performances de la machine:

 

Comme vous pouvez le constater, les performances sont excellentes. Seule la ATI HD 7970M tient, comme prévu, la comparaison.

Pour résumer, vous pourrez jouer à tous vos jeux de façon fluide en résolution Full HD avec presque tous les détails poussés au maximum. Quelques jeux font encore de la résistance : Crysis, pour lequel on ne peut pas monter l’anti-aliasing au plus haut sans avoir un taux d’images par seconde constant au dessus de 30, Metro 2033 qui demande aussi à baisser un tantinet certains détails pour rester parfaitement jouable.

Pour un joueur, la GTX 680M n’est globalement pas meilleure que la Radeon HD7970M. La différence de prix est importante, pour des performances pas toujours plus élevées. On sait que Nvidia gère mieux l’utilisation de plusieurs GPU, cependant vous ne pourrez pas mettre en place de SLI sur ce Clevo.

La GTX 680M est certes le GPU mobile le plus performant du moment, mais au vu de la durée de vie d’un P4G ces temps-ci et du surcoût engendré, nous ne pouvons le conseiller qu’aux personnes n’étant pas  limitées financièrement ou ayant un culte secret pour les caméléons désespérément verts.

La dissipation thermique est par contre très bonne. Notre GPU n’est jamais monté au-dessus de 85°C, ce qui parait excellent au vue des performances qu’il offre.

Le processeur fait quant à lui ce qu’on en attendant, ni plus ni moins. Il apparait un peu plus puissant que le i7-2720QM du MSi GT70 que nous testions il y a quelques mois, mais globalement, il y a longtemps qu’un CPU quad-core bas de gamme suffit amplement aux besoins d’un GPU mobile haut de gamme.

En jeu, il ne bridera jamais la carte graphique. A vrai dire, même un i5 serait suffisant pour profiter des capacités de la GTX 680M, la plupart des jeux étant plus dépendant de la fréquence des CPU que de leur nombre de cœurs.

Le i7 permet de n’avoir aucun ralentissement sous Windows 7. Tout est fluide, rapide, vite effectué, même en effectuant de nombreuses tâches simultanément. C’est là que les 4 coeurs (et donc 8 threads) deviennent intéressant par rapport au i5 dual core (4 threads).

De plus, notre machine de test dispose d’un Samsung 830 (il est remplacé désormais par le Samsung 840, un peu meilleur). On peut dire qu’il fait honneur à sa réputation. Les débits sont excellents et ses performances participent largement à la fluidité et à la rapidité du système. Windows ne se lance qu’en quelques poignées de secondes, la reprise de veille est quasi-instantanée. Un vrai confort à l’utilisation.

Par ailleurs, nous avons relevé une autonomie assez commune pour une machine de ce type. Comptez un peu plus d’une heure de jeu intensif, ou presque trois heures en utilisation normale, avec WiFi et luminosité faible. Optimus semble assumer ses fonctions sans pour autant porter l’autonomie en triomphe.

On peut largement regarder un film sans être à court de batterie. L’écran mat y est pour quelque chose : il n’est pas indispensable de monter la luminosité à fond pour limiter les reflets, ce qui permet une économie de batterie. On pourrait sans problème imaginer regarder un film dans un train par exemple.

Enfin, le bruit dégagé par la machine est plutôt contenu. En jeu, on ne vous le cache pas, le souffle est important. Néanmoins, une bande sonore même à volume moyen permettra de le masquer. Nous conseillons toutefois vivement l’utilisation d’un casque, pour les raisons évoquées plus haut.

En utilisation bureautique, la carte graphique est peu sollicité et les ventilateurs ne s’activent que rarement ou à faible volume.

Pour une telle machine, les nuisances sonores sont donc très maîtrisées. Clevo a bien travaillé cet aspect-là.

Page 4 – Clevo P150EM – Conclusion >>