AMD Fusion Utility for Mobility – Présentation

Publié à 9:21 par - Dans Archives - Pas de réactions.

La plateforme Tigris est sortie depuis un petit mois, et comme à leur habitude les fabricants ne proposent en Europe que les versions tronquées par des processeurs les plus moisis du catalogue des fabricants. Pour exemple, l’Asus n60dp est proposé en Australie avec le Turion II M640 à 2,6 GHz, basé sur une architecture K10, alors qu’en France nous nous contenterons d’un M300, die-shrink 45 nm de l’antique K8.

Mais AMD n’est pas venu les mains vides, et sa division logiciel qui a proposé l’AMD Overdrive aux plateformes desktop avec un certain succès, y compris auprès des overclockers pro, a voulu proposer aux possesseurs de portables un outil pour améliorer les performances, ou l’autonomie, au choix, en fonction des besoins.

S’il est clair qu’un tel outil n’aurait qu’un intérêt limité auprès des utilisateurs confirmés, en revanche, il pourrait avoir un franc succès auprès des gens qui ne veulent pas forcément se prendre la tête à configurer proprement leurs machines – et Dieu sait si c’est hélas monnaie courante.

Pour des raisons que vous verrez plus loin, nous n’avons pu tester le logiciel dans son intégralité, et nous avons du créer un mode particulier afin de voir le gain opéré. Mais passons aux choses sérieuses.

Nous vous passons les détails de l’installation du logiciel, vous vous doutez qu’il y a un EULA à accepter, couvrant AMD en cas de destruction totale de notre matériel, qu’il faut appuyer plusieurs fois sur suivant, et qu’enfin, le logiciel vous félicite pour l’action d’éclat que vous venez d’effectuer en installant au péril de votre vie AMD Fusion Utility for Mobility. Finalement, nous vous avons tout de même raconté l’installation, mais bref. Lançons donc à présent le logiciel. Un petit laïus se lance à chaque démarrage.

AMD Fusion - installation

Comme vous pouvez le voir, à l’image d’autres catégories socioprofessionnelles dont nous tairons l’existence ici, AMD se protège de nombreux parapluies. Si cela se passe mal, ce n’est pas de leur faute, on l’aura compris. Grand seigneurs, nous cliquons donc sur OK. Une nouvelle fenêtre s’ouvre, reprenant le logo Fusion d’AMD.

On clique sur la petite icône en haut à gauche, nous permettant de passer en mode avancé, le mode simple présenté sur l’icône n’étant d’aucune utilité.

AMD Fusion AMD Fusion
Cliquez pour agrandir

Le logiciel nous présente donc des modes préenregistrés, avec des fonctions bien définies. Comme vous pouvez le constater, tout a été mis en œuvre pour le « casual user ».

Nous vous voyons donc tous cliquer d’envie sur le mode jeux, qui vous fait des clins d’œil aguichants, alors que vous ne nous écoutez plus, là. Et bien sur notre machine, il a été à l’origine d’un plantage monumental, bien qu’apparemment, nous avions de beaux gains de performances. En gros, nous passons en interface Windows Starter, l’antivirus est coupé, et de nombreuses barrières de gestion d’énergie sont désactivées, ce qui fait certes gagner des performances au détriment de la stabilité. Pour tout dire,  nous avons du réinstaller la machine après avoir tenté ce mode.

Nous avons donc créé un mode qui reprend les points importants du logiciel d’AMD en activant :

• Performances Max.
• Accélération du disque dur.
• AMD Boost.
• Transition des performances AMD.

Voici ce qu’AMD donne des différents modes que l’on peut activer :

Transitions d’autonomie de batterie AMD : augmente le temps nécessaire au processeur pour atteindre un état de performance supérieur et diminue le temps nécessaire pour atteindre un état de performance inférieur.

Amplification AMD : le bouton Amplification permet de modifier l’état d’amplification actuel.

Transitions des performances AMD : diminue le temps nécessaire au processeur pour atteindre un état de performance supérieur et augmente le temps nécessaire pour atteindre un état de performance inférieur.

Fermeture Bluetooth : désactive les périphériques Bluetooth.

Accélération du disque dur : permet au disque dur d’utiliser sa vitesse d’accès maximale en désactivant les options d’économie d’énergie et en lançant la performance optimale.

Suspension USB sélective : permet au pilote de concentrateur de suspendre un port individuel sans affecter le fonctionnement des autres ports du concentrateur.

Fermeture câblés : désactive les périphériques câblés (Ethernet).

Fermeture sans fil : désactive les périphériques sans fil.

Fermeture Firewire : désactive les périphériques Firewire.

Passons à présent aux tests.

Page 2 – Protocole de tests et résultats