Test du Gigabyte P35K : benchmarks en jeu (4/5)

Publié à 7:58 par - Dans Portables - Pas de réactions.

Le couple i7 4700HQ et 765M passe sur le grill. Au programme Bioshock Infinite, Metro Last Light, Tomb Raider, Sleeping Dogs et Total War Rome 2. Et je vous promets qu’on a entendu  le P35K couiner vu ce qu’on lui a fait subir.

Méthodologie : les tests vont répondre à deux questions : quelle est le paramétrage idéal pour jouer et comment le P35K réagit aux conditions extrêmes. Certains jeux ont tournés sur parfois six paramétrages différents avant de n’en garder que quatre. Les jeux ont été testés via leurs benchmarks intégrés (à l’exception de Starcraft 2) puis en jeu réel avec FRAPS dans une configuration de confort afin de confirmer la pertinence de ceux-ci. Sur Tomb Raider par exemple, il peut y avoir quelques chutes de FPS supplémentaires.

 

bench-bioshock-ok

On commence en douceur avec le petit Bioshock Infinite. Le benchmark intégré a le mérite d’être assez fiable. La bonne nouvelle : avec les nouveaux pilotes nVidia, les performances ont fait un bon en configuration Very High, avec une moyenne de 47,47 fps. Bien mieux que les premiers tests à l’époque du Clevo W230ST. Curieusement, les performances ont peu évolué dans les autres cas de figure. En ultra, les chutes de FPS sous les 5 empêchent de jouer dans de bonnes conditions.

bench-metro ok

 Les jolies couleurs, les petits effet c’est sympa. Mais quand on tape dans l’austérité toute soviétique de Metro Last Light, la 765M aime beaucoup moins. Pour être jouable en résolution native, c’est du high en désactivant la plupart des options. Dans le détail : resolution: 1920 x 1080; DirectX: DirectX 11; Quality: High; Texture filtering: AF 4X; Advanced PhysX: Disabled; Tesselation: Off; Motion Blur: Low; SSAA: OFF. Mais ça reste très joli et la chute de framerate observée pendant le bench n’est pas apparu en jeu. Je vous épargne avec les options activées. En un mot : oubliez.

bench-tombraider-ok

On passe à un jeu plus léger avec Tomb Raider. On constate dans un premier temps que les écarts de performances (mini/maxi et entre deux choix de paramètres) sont moins violentes. Les cheveux de Lara consomme un peu de ressources mais pas autant qu’un Metro Last Light. Le jeu est parfaitement jouable en 1920×080 en ultra. Le jeu ne descend pas sous les 29 FPS avec une moyenne à 42. Pour ceux qui aiment avoir tous les effets, il faudra passer en 1600×900 pour jouer en mode extrême.

bench-sleeping dogs-ok

Quoi, un benchmark avec Sleepings Dogs ? Mais c’est tout vieux comme jeu. Et bien laissez-moi vous dire que sur une 765M, les benchs piquent un peu, même sans la pack de texture HD. Parce que le petit vieux sollicite aussi le processeur. Vous pouvez oublier d’entrée les modes les plus gourmands. Pour profiter du jeu , je vous déconseille même de jouer en élever, vous risquez de descendre à 22 fps pour peu que vous passiez dans une rue bondée un soir de pluie. Vous pouvez bricoler un peu ou vous contenter du mode normal, qui ne descend pas sous les 40 fps. Il va falloir jouer de la réglette. En passant en 1600×900 pas question non plus d’activer toutes les options graphiques. Le P35K dépasse péniblement les 20 fps.

bench-Rome 2 ok

Sur Total War Rome 2 c’est très simple. Passer de high en very High divise les performances par deux. Avec ses chutes de framerate, le mode very high est à oublier. Le jeu reste agréable en high et il ne descendra pas sous les 40 fps.

Cinquième (et dernière) partie : Galerie photo et conclusion

Le sommaire :
– Présentation du P35K testé
– Déballage et premier contact avec le P35K
– Benchmarks synthétiques du P35K
–  Benchmarks en jeu du P35K
– Galerie photo et conclusion

Connectez vous ou Inscrivez vous pour pouvoir laisser un commentaire