Test du clavier Saitek Cyborg

Saitek est une marque bien connue du monde Gamer depuis 1993, ne serait-ce que pour ses fameux joysticks futuristes. C’est l’essai du clavier Saytek Cyborg que nous font découvrir aujourd’hui nos collègues de PC-Boost.

Cliquez pour agrandir

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la ligne de ce clavier rétro-éclairé ne dépare pas dans la game Cyborg, et tranche quelque peu sur l’ambiance tout en rondeur des périphériques Pc aujourd’hui.

Voici ses caractéristiques détaillées :

  • Multi-colour backlighting with Tru Vu illumination through keys (mix shades from Red through Amber to Green) and adjustable brightness
  • Touch-sensitive, backlit dashboard control panel
  • WASD, cursor, ‘Cyborg’ and NumPad keys can be lit independently from the rest of keyboard to highlight commonly used gaming keys
  • Cyborg Mode – instantly disable the Windows keys and configure the colour and brightness of your gaming keys at the touch of a button
  • Set and forget – persistent key illumination settings ensure colours remain even after a system reboot
  • 12 programmable ‘Cyborg’ keys
  • Hard wearing, metal-plated key caps in key gaming areas
  • Pass-through USB, audio and microphone sockets
  • Enhanced multiple key presses in gaming areas for complex in-game commands
  • Adjustable wrist rest and keyboard rake angle (front and back)
  • Gold-plated connectors for USB and Audio

Comme vous êtes anglophiles confirmés, vous aurez compris que ses caractéristiques sont plus que correctes (illumination 3 couleurs + mode « gamer », 12 touches programmables, revètement métal pour les touches WQSD et directionnelles, prises casque et USB sur le clavier, connectique plaquée or), sans être une usine à gaz comme certains ! En plus, vu le prix, entre 55 et 60€, ce clavier rassemble tout ce qu’un gamer pourvu d’un petit budget peut avoir besoin pour s’éclater en LAN. Son seul défaut : être en qwerty, bien qu’en game, cela ne soit pas génant.

Pour le test complet, direction la source.

Sources : PC-Boost via Cowcotland

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire