SteamBox et BattleBox: NVIDIA contre attaque

Publié à 9:36 par - Dans Composants - Pas de réactions.

AMD occupe un peu trop le devant de la scène gaming, et pour NVIDIA, il n’était pas question de laisser ces loosers trop en avant: la classique mais efficace méthode « Pétrole contre nourriture » est lancée …

AMD a tout raflé sur les consoles, jusque là, pour NVIDIA, c’est pas trop grave, dans la mesure où le bénéfice n’est semble-t-il pas grandiose, tout du moins pas à la hauteur des attentes applesques de Jen-Hsun (personnellement, je m’en accommoderais sans broncher). Là où le bât blesse, c’est qu’AMD a décidé de faire un gros travail logiciel pour unifier le développement du jeu vidéo, qu’il soit sur PC, console ou plus, au travers d’une API bas niveau, qui fait tout de même bien jaser: Mantle. Aujourd’hui, ce n’est qu’un pari sur l’avenir, mais si dans la réalité, cette API se permet des gains aussi gigantesques que le Glide de 3dfx à son époque, le paysage pourrait bien changer et favoriser à un niveau jamais atteint AMD.

C’est quelque chose que ne peut laisser passer NVIDIA. Il fallait frapper vite et fort, une opération « Desert Storm » était nécessaire contre ces galeux. Cette mission a été effectuée en 3 temps:

SteamBox: du NVIDIA, et du lourd, minimum: GTX660. Maximum: GTX TITAN. Avec du CPU intel Haswell: i3 à i7 s1150. AMD évincé de l’équation, même si VALVe se défend en expliquant que ce ne sont que des prototypes, 300 en l’occurrence. Même si aujourd’hui, nous voyons mal une machine bodybuildée, sous Linux, lutter contre des consoles certes chères, mais nettement moins, avec un catalogue au compteur du 7 octobre 2013 de 319 jeux, on se doute bien que l’absence d’AMD, en CPU comme en GPU, pèsera lourd dans la balance.

steam_os

BattleBox: NVIDIA annonce son label 4K certified. Pour celà, il faut « aussi » du lourd: le ticket d’entrée est un SLi de GTX780 avec son processeur Haswell réglementaire. C’est certes un « coup » marketing, mais au final, cela reste – paradoxalement – plus cohérent. D’autant que la différence de prix par rapport à la machine assemblée soi-même reste faible: l’autocollant reste accessible.

06676540-photo-logo-nvidia-battlebox

-le troisième temps est plus pernicieux, et il nous rappelle les pratiques récurrentes d’intel: une annonce d’OriginPC, marque non importée créée par des anciens d’AlienWare: le choix de ne commercialiser que des machines équipées de GPU NVIDIA, car plus fiables et plus stables. NVIDIA joue ici sur la carte des anciens problèmes de drivers AMD en général et des nouveaux problèmes de drivers AMD en CrossFire.

Autant les 2 premiers cas sont de bonne guerre, autant ce dernier est pitoyable, car les dirigeants d’OriginPC n’ont trompé personne à la veille de la sortie d’une Radeon R9 290X qui, si elle n’écrase pas la GTX TITAN, aura semble-t-il un prix nettement plus décent. La guerre est donc plus que déclarée entre AMD et NVIDIA, et ce sont hélas les mêmes pratique qui reviennent: technologie semi-fermée de Mantle qui permettrait à AMD de prendre un ascendant à long terme sur NVIDIA, pratiques anti-concurrentielles intellesques chez NVIDIA.

L’actualité assez morne du monde IT va le rester, car ceux qui vont se marrer et se frotter les mains maintenant, ce sont les avocats. Il ne nous reste plus, si Mantle réussit son coup, de voir quelle va être la réponse amicale d’intel …

Sources diverses

Connectez vous ou Inscrivez vous pour pouvoir laisser un commentaire