Review: la razer ouroboros, le serpent qui se mange la queue…

Publié à 12:48 par - Dans Tests - 6 réactions.

Comme vous l’aurez sans doute deviné au vu de titre, P4G vous propose aujourd’hui une review d’un des derniers mulots de chez Razer: l’ouroboros.

Comme à son habitude, Razer nous gratifie d’un nouveau serpent chassant parmis les souris haut de gamme, et cette année le nouveau venu porte le doux nom d’ouroboros, le serpent qui se mange la queue, symbole du cycle éternel…

L’ouroboros est une souris gamer sans fil haut de gamme, adaptable, ambidextre, dotée d’un double capteur laser 4G allant de 100 à 8200DPI et fonctionnant avec un pilote dédicacé géré par le logiciel synapse 2.0 de chez Razer. Prometteur! Il est temps d’organiser un peu tout celà!

Vous trouverez ci-dessous une vidéo review, suivie d’une review plus complète par écrit.

 

http://www.youtube.com/watch?v=TWi6ZQpUdGY

 

1. Emballage et bundle:

L’ouroboros arrive livrée dans une sorte de présentoir en plastique transparent. Il faut bien l’admettre, ça en jette! Après avoir détaché la souris de son support, on enlève celui-ci et on découvre la station d’accueil/émetteur récepteur sans fil, dont je vous parlerai dans la section dédiée au sans-fil.

L'ouroboros dans son écrin de...plastique

L’ouroboros dans son écrin de…plastique

 

ouroboros boitier2

ouroboros boitier3

 

ouroboros boitier3

Bizarrement, ça me rappelle des voitures vu comme ça…

 

En dessous se trouve une pochette en carton noir estampillée Razer et contenant une série de documents nous félicitant de l’achat de leur souris, ainsi qu’un guide de l’utilisateur rapide et un guide plus complet. On regrette que tout cela soit en anglais, la souri ayant pourtant été commandée en France… Pour les amateurs de goodies, deux autocollants sont également compris.

ouroboros papiers et base

ouroboros pochette papiers face

For gamers, by gamers.

For gamers, by gamers.

Deux autocollants mais pas de guide en français...

Deux autocollants mais pas de guide en français…

Dans le fond on retrouve le câble USB tressé enroulé tel un serpent (subtil!). Ce dernier est plaqué or, et l’extrémité USB normal (celle qui se connecte au pc) dispose d’un capuchon… mais pas l’extrémité mini-USB! Une jolie pile AAA verte est fournie, appréciable même si, vu le prix de la bête, ça semble logique. Au centre, deux emplacements taillés dans la mousse accueillent les panneaux latéraux « grip », qui seront détaillés dans la section personnalisation.

ouroboros câble+côtés

S’il fallait donner une cote au bundle et à l’emballage, ce serait un 80%, en regrettant l’absence de Français et de disque d’installation,

 

2. Installation/soft:

L’installation requiert évidemment internet, aucun cd n’étant fourni. Synapse se télécharge sur le site de Razer et s’installe assez vite.

Une fois lancé et le driver de la souris installé, on se retrouve sur une page avec l’icone de la souris en bas à gauche, à côté de laquelle se grefferont les icônes de vos autres périphériques reconnus par synapse si vous en avez. En haut, on dispose d’un créateur de macros somme toute  assez classique mais efficace, rien à dire à son sujet.

macros

De retour dans l’onglet souris, un créateur de profil permettra de jongler entre différentes configuration, mais aussi de lier une configuration avec un jeu/programme. Ce système fonctionne vraiment bien, par contre le curseur de la souris à tendance à faire un ou deux petits saut au lancement d’un programme lié à un profil, pendant que le profil change. Ce petit bug n’est pas dérangeant mais il serait de bon ton que Razer corrige ce genre de détails sur une souris de cette envergure…

Sur le dessus de la souris, 7 boutons programmables, à noter qu’il en faut toujours au moins un auquel l’action « cliquer » est liée. Les côtés gauche et droits sont symétriques et disposent de deux boutons programmables liés par défaut aux actions « avancer » et « reculer », ainsi qu’un troisième bouton programmable qui est le côté en soit: il faut « serrer » la souris dans sa main. De base, ce bouton diminue la sensibilité de façon significative pendant qu’on le maintient, et la restaure à sa valeur précédente une fois relâché (à la manière du bouton « AIM » qu’on retrouve chez Cyborg). Ces deux boutons sont désactivables séparément via deux switches sous la souris.

Du haut…

et de côté!

et de côté!

L’onglet performances permet simplement de régler la sensibilité de la souris, les axes x et y pouvant être désolidarisés, et il est possible de créer jusqu’à 5 paliers de sensibilité, entre 100 et 8200DPI avec une intervalle de 100DPI. L’accélération est également réglable, ainsi que la fréquence de scrutation, soit la fréquence de dialogue souris/pc (125, 500 ou 1000 Hz).

éclairage performances

La partie éclairage porte plutôt bien son nom, et nous permet de régler la luminosité en mode filaire et sans-fil séparément.

éclairage

Le calibrage est un système qui propose de régler la sensibilité de la souris en fonction du tapis. A vrai dire, le système ne répond pas vraiment à mes attentes et s’avère bancal et peu précis… un réglage manuel lui sera préféré et il sera bien vite oublié!

Calibrage

Enfin, l’onglet alimentation permet la gestion de la mise en veille en cas d’inactivité, d’une alerte visuelle (la souris clignote comme un sapin de noël!) en cas de batterie faible, et donne un indice de charge de la batterie en %. Ce dernier était très souvent erroné mais une mise à jour récente par rapport à la rédaction de cet article semble avoir corrigé le bug.

 

Evidemment, l'indice de charge est faux...c'est toujours comme ça quand on doit faire une capture d'écran!

Evidemment, l’indice de charge est faux…c’est toujours comme ça quand on doit faire une capture d’écran!

Pour conclure au sujet de ce soft, il est assez complet et dispose de toutes les fonctionnalités attendues. Certains concept sympathiques s’y retrouvent en plus des grands classiques, et on apprécie l’effort même si ce n’est pas toujours utile ou pratique (le calibrage…). Le logiciel est très souvent mis à jour, et quelques bugs présents à la sortie de la souris ont été corrigés. Attention cependant, lorsque la souris est passée de filaire à sans-fil ou inversement, il arrive régulièrement qu’elle bug (surtout si ce changement se fait en veille voir en sortie de veille) et que le curseur le bouge pas alors que les boutons sont actifs… il faudra alors la déconnecter/reconnecter une série de fois jusqu’à ce qu’elle accepte finalement de redémarrer, ce qui peut s’avérer ennuyeux lors d’un branchement d’urgence pendant une partie classée sur League of Legends par exemple… De plus, les mises à jour en elle-même ont tendance à faire crasher le soft,ce qui, il faut bien le dire, est un brin ridicule.

Ce sera donc un petit 70% pour le soft.

 

3.Personnaliser son mulot:

Les souris vraiment personnalisables n’étant pas légion, pour cette partie je la comparerai souvent avec la RAT 7 de chez Cyborg, une référence à mon humble avis.

Tout d’abord, les panneaux latéraux de base sont des repose doigts. Etant doté d’une main assez grande, il faut bien l’admettre, il sont fort confortables et évitent que les doigts frottent sur la table. Ils seront préféré au panneaux grip qui sont eux recouvert d’une couche de caoutchouc, assez classique. Evidemment, cela reste une question de goût et il est appréciable de dispose des deux choix. Les panneaux se détachent en les tirant vers l’extérieur et sont retenus par trois aimants assez puissants, a priori aucun risque de démagnétisation de ces derniers.

ouroboros latéraux

Pour la longueur, il faudra appuyer sur un grand bouton en dessous de la souris et faire glisser la partie supérieure. Si on coulisse le dessus jusqu’au bout, on accède au logement de la pile. De base, la souris mesure une douzaine de centimètres de long, et elle pourra être étendu jusqu’à un petit 14 centimètres.  A titre de comparaison, la RAT 7 passe de 11cm, à 12.5cm sans compter la vis à l’arrière.ouroboros grande ouroboros petite

 

ouroboros vs rat grandesouroboros vs rat petites

La largeur de la souris n’est pas réglable (alors que pour la RAT elle l’est), par contre la hauteur peut s’ajuster via une molette à l’arrière, variant l’inclinaison du soutien palmaire (la partie arrière du dessus de la souris) d’environ 10°.

ouroboros plate ouroboros inclinée

Enfin, le poids de la souris est d’environ 115 g sans batterie et de 140 g avec, et n’est pas réglable. Certains seront peut être dérangés, mais ce ne fut pas mon cas.

Cette souris est plutôt indiqué pour les grandes paluches ou les personnes aimant tenir la souris bien en main. L’ergonomie est plutôt bonne, autant de la main gauche que de la droite. A noter le plastique assez dur et froid utiliser, un peu rêche , que certains trouveront désagréable, mais qui dégage une impression de solidité et surtout ne glisse pas en cas de mains moites.

L’ouroboros se voit donc attribuer une cote de 85% pour son ergonomie et sa personnalisation. Attention, cet avis est très personnel, il est impossible de savoir si on l’aura bien en main avant de l’avoir testée!!!

4. Sans-fil et filaire, utilisation:

Comme il à été indiqué plus haut, la souris est fournie avec une base qui lui servira également de station de recharge. Cette base est assez petite (7x5x4 cm environ) et du même plastique noir que la souris. En dessous, un anneau en caoutchouc assure un effet ventouse, la base est donc très stable sur une table en bois lisse ou en verre, et elle pourra servir à maintenir vos câbles gênants hors  de votre chemin. Une fois la souris posée dessus, la base disparaît (« sparaît! ») et on à presque l’impression que la souris vole: joli et bien pensé, parfait pour frimer!

Elle vole!!!

Elle vole!!!

Oh, un range-câbles ^^

Oh, un range-câbles ^^

Un bouton d’appairage se retrouve sur la base, et il faudra allumer la souris (en appuyant sur les deux boutons en dessous de la molette simultanément pendant 6 secondes) puis appuyer sur les 4 boutons latéreaux de la souris pour l’appairer une première fois avec la base. Après ça, la souris sera reconnue directement une fois allumée.

Le câble dispose de guides qui permettent de bien l’insérer dans la base ou la souris.

Que ce soit en filaire ou en sans-fil, la souris répond parfaitement, sauf lors d’un  changement de sensibilité ou de profil qui causera une ou deux sautes du curseur, assez désagréable en jeu et rendant l’utilisation des boutons latéraux de réduction de la sensibilité inutilisables… un bug qui devra-t-être corrigé!

Le bouton droit de mon exemplaire à aussi tendance à couiner…plastique mal ajusté, triste pour une souris si chère!

L’autonomie de la batteries pour une utilisation constante dépasse les 8 heures avec la luminosité en faible et une fréquence de scrutation de 1000Hz, normalement suffisant pour un gamer, au delà, une pause est vraiment conseillée !!! Le branchement en filaire permettra de continuer en cas de batterie faible, sauf en cas de bug du logiciel évidemment (voir partie « 2.soft »).

Le câble mesure 2 mètre, ce qui assure un confort suffisant pour jouer en filaire.

Le capteur est précis et efficace. Je l’ai testé sur du bois, du verre, du métal et deux tapis (tissu synthétique et plastique) et sauf pour le verre ou il décrochait, la souris répondait au moindre mouvement.

Pour le confort en utilisation, que ce soit en filaire ou en sans-fil, je donnerai 70% à la souris, à cause du couinement du clic et des bugs du logiciel.

 

5. Le verdict!!!

La note global que je donne à la souris est de 75%.

Les gros désavantages de la souris étant:

-un prix exorbitant (~120/150€);

-un logiciel pas toujours au top;

-L’absence de doc en Français et de cd d’installation.

Les avantages:

-Un soft fourni au niveau des réglages;

-une glisse parfaite et une ergonomie agréable, avec une bonne personnalisation;

-Une bonne précision du capteur, sur toutes les surfaces sauf certaines tables en verre;

– Un large panel de DPI (pratique pour bien moduler en fonction des programmes).

 

Je vous conseille cette souris si vous avez aimé la RAT 7 et si payer 150€ pour une souris ne vous dérange pas. Cependant, il existe actuellement des souris ayant un rapport performance(qualité)/prix bien meilleur, donc ne vous jetez pas dessus directement, pensez aux alternatives.

De plus, à la rédaction de P4G, deux personnes ont testé la souris. En tant que rédacteur de cet article, je vous ai donné mon avis qui est plutôt positif, mais l’autre testeur n’a pas du tout apprécié cette souris. Les reproches dont il m’a fait part concernent surtout la qualité du produit, des matériaux…

N’hésitez pas à poser des questions supplémentaires dans les commentaires de l’article, je vous souhaite une bonne lecture sur P4G!

6 Réactions

  1. Un grand merci pour ta review très sérieuse et bien fournie. J’suis pas fan de souris mais je t’ai lu avec grand plaisir, ça s’enchaine bien ;). ça fait du bien de lire des tests comme ça, proche de l’utilisateur lambda.
    En tout cas le prix est bel et bien exorbitant, on se demande quel genre de personne (sauf cas extrémement aigu de matérialisme avancé) s’offre cet outil, qui, quoique bien enrobé, n’offre rien de plus (utile) que la concurrence à un tarif beaucoup plus salé.

    • Hum, merci de me rappeler mon consumérisme avancé ;p (plus sérieusement, je m’attendait à plus impressionnant à ce prix…) Merci de ton retour.

  2. *sauf sur certaine table en verre*
    Ben normal, c’est un laser –‘ si ton support est en verre ou (trop) vernis, que t’es une souris à infrarouge ou led, ça marchera pas, en gros le laser se reflète dedans, du coup il peut rien capter <.< Donc sinon oui je confirme sur toutes surfaces ^^
    Bon, moi sinon, j'aimerai savoir si ta souris bug des fois ?
    Genre la mienne, sans aucune raison, la vitesse du pointeur en mouvement horizontal va diminuer d'un coup, elle se met vraiment très lentement quoi, alors que la vitesse verticale reste rapide (programmée 1800)..
    C'est très chiant, donc je dois la reposer sur son socle, attendre 4-5 secondes qu'elle se synchronise, et je peux la reprendre…

Connectez vous ou Inscrivez vous pour pouvoir laisser un commentaire