En test : Asus G551JM (G551JM-CN102H)

Publié à 7:00 par - Dans Portables - 3 réactions.

Dans la catégorie PC gamer à petit prix, je demande l’Asus G551. Un 15 ,6 pouces équipé d’une 860M version Maxwell et d’un i7 4710HQ à moins de 1000 euros, ça ressemble à une bonne affaire. Nous l’avons vérifié.

 

La configuration testée

Asus a mis à notre disposition un G551JM-CN102H.

Asus G551

Système d’exploitation Windows 8.1 64 bits
Affichage 15.6’’ Full HD LED (1920×1080, mat/antireflet)
Processeur Intel Core i7-4710HQ Haswell (2.5 GHz)
Mémoire vive 8 Go DDR3L 1600 MHz ( maximum 16 Go), 2 slots
Espace de stockage SSHD de 1 To à 7200 tr/min avec SSD Cache de 24 Go
Carte graphique NVIDIA GeForce GTX 860M 2 Go DDR5 dédiés (Maxwell), Intel HD 4600 intégrée au processeur et Optimus
Lecteur optique Graveur DVD/CD
Système audio 2 haut-parleurs Bang & Olufsen ICE Power SonicMaster Premium Waves MaxxAudio 3
Webcam 2.0 megapixels avec micro
Réseau Wi-Fi b/g/n + Ethernet Gigabit
Bluetooth 4.0
Lecteur de cartes SD/SDXC/MMC
Sortie(s) vidéo HDMI 1.4, mini-DisplayPort
Entrée(s) / Sortie(s) Combo Casque/Micro
3 USB 3.0
Batterie Li-Ion 6 cellules 5200mAh 56 Whr
Autre Clavier chiclet rétro-éclairé de rouge avec pavé numérique, touchpad multi-touch 3 doigts ; Caisson de basse externe SonicMaster fourni
Logiciels Applications Asus
Dimensions (mm) 383 x 255 x 28-31.5
Poids 2.7 Kg (avec batterie)
Garantie 1 an

 

Premier contact

On sort le pied-de-biche et on fait sauter le carton. Le contenu de la version de test est brute de décoffrage : le PC, l’alimentation, et c’est tout. “Houlala c’est joli mais salissant”, m’exclamais-je en enlevant la protection de la coque arrière du G551. Une belle plaque en aluminium brossé noir avec le logo ROG enfiché au milieu. Très sympa mais déjà plein de traces de doigts laissées par les précédents testeurs. Les gars, j’ai vos empreintes et vos ADN, gare à vos miches.

 

L'Asus G551 est très sensible aux traces de doigts

L’Asus G551 est très sensible aux traces de doigts

Pour le coup, je n’ai aucun scrupule à le prendre en main et à y adjoindre ma signature. Et c’est qu’il est lourd le pépère. La balance affiche pourtant un petit 2,7kg, comme mon W230ST. A croire que la mode des PC ultra-légers a fait des ravages. On peut râler sur ce léger embonpoint mais on comprend vite son origine : les plastiques sont de qualité, le châssis est bien rigide et les finitions sont excellentes. On lui pardonne.

Le clavier est rétroéclairé en rouge.

Le clavier est rétroéclairé en rouge.

On ouvre enfin la bête. Elle dévoile un clavier chiclet rétro-éclairé de rouge avec pavé numérique et touchpad multi-touch 3 doigts. Le clavier est très confortable et réactif. L’éclairage rouge est un peu trop agressif à mon goût. Ceci dit, il a trois niveaux de luminosité et le plus faible est presque sobre. Le touchpad est bien placé et répond bien. Malgré son format où les clics gauche et droits ne sont pas visible, ça ne pose pas de souci.

Asus17

A gauche, 2 ports usb 3.0, la prise réseau avec un clip et les sorties vidéo.

Côté connectique, il y a boire et à manger. A gauche, 2 ports usb 3.0, la prise réseau avec un clip et les sorties vidéo. Le système de fixation du câble Ethernet est une bonne idée. Il évite les mauvais contact. Il est par contre un peu dur à utiliser.

Asus18

A droite; le troisième port USB 3.0 et le graveur de DVDLe gros point noir, c’est l’unique prise casque/micro qui est de fait incompatible avec les microcasques à deux prises jack. Dommage.

Autre petite déception l’écran. Nous avons une dalle 15,6’’ Full HD LED (1920×1080, mat/antireflet). L’image est tout-à-fait correcte mais la colométrie est particulière. Pas gènant pour les jeux et les animés. Moins bien pour les films et problématique pour du traitement d’image. Côté son, c’est loin d’être mauvais. Suffisamment bon pour dépanner, mais pour jouer il vaut mieux un bon casque ou un petit kit d’enceinte à portée de main.

Côté autonomie, l’Asus G551 est dans la norme. Comptez 3h30 en bureautique (luminosité 80% wifi et rétroéclairage désactivé), 2h20 pour une vidéo streamée en 720p (luminosité 80%) et 1h10 en jeu.

 

IMG_7465

L’Aus G551 n’est pas prévu pour un nettoyage complet.

On a essayé de démonter la machine. A moins de vouloir y passer beaucoup de temps, l’accès aux pièces est limité. L’accès est facilité vers la mémoire et le disque dur. Pour la ram, on notera qu’il n’y a qu’une seule barrette. Contrairement à d’autres modèles, ajouter de la ram ne posera pas de problème. A noter aussi que le graveur n’est tenu que par une seule vis.

 

Les tests synthétiques

Le contact physique est satisfaisant. On passe maintenant aux réjouissances avec les benchmarks. Côté températures, à l’issue des tests, on arrive à 79°c pour le GPU et 89° pour le CPU. C’est chaud mais pas extraordinaire vu les composants.

On rentre directement dans le vif du sujet avec 3Dmark.

3dmark

 

Avec un score de 3676, on est dans la moyenne des résultats pour une 860M Maxwell. A titre de comparaison, une 765M avec un 17 4700MQ fait :

Nous nous sommes ensuite attaqué au disque dur. C’est un disque dur  itachi partitionné en deux et épaulé d’un SSD de 24Go. C’est Crystal MArk qui a été chargé de le faire couiner.  Que dire de plus ? Rien de bien terrible pour un disque dur mécanique qui s’en sort mieux en usage réel grâce au SSD qui sert de mémoire cache. Mais ne vous attendez pas aux performances d’un SSD. Le principal intérêt de cette formule est d’avoir un système un peu plus réactif à moindre frais.


crystalmark1 crystalmark2 crystalmark3

 

On a passé le G551 sur Cinebench. On rappelle le principe : ce logiciel est basé sur le logiciel CINEMA 4D de l’éditeur MAXON. Il teste la performance du processeur, en calculant le rendu d’une scène 3D photo réaliste statique en utilisant tous ou un seul cœur de la machine (mode avancé). A l’arrivée,  l’I7 4710HQ s’approche des scores i7 3770. Autant dire que c’est très bon.

Capture

 

Benchmarks en jeu

Et si on jouait un peu ? Au programme Bioshock Infinite, Metro Last Light, Tomb Raider, Sleeping Dogs avec textures HD, Total War Rome 2, Metro Last Light et pour achever la bête au sol, un petit coup de Far Cry 4.

On vous rappelle la procédure :  les tests vont répondre à deux questions : quelle est le paramétrage idéal pour jouer et comment le G551 réagit aux conditions extrêmes. Les jeux ont été testés via leurs benchmarks intégrés (à l’exception de Far Cry 4) puis en jeu réel avec FRAPS dans une configuration de confort. A quelques FPS prêts, les résultats des benchs sont confirmés.

bioshock
Bioshock Infinte et son benchmark intégré sont un bel exemple des limites des benchs. Dans les deux configurations les plus élevées, on se trouve respectivement à des pointes à 120 et 180fps. En jeu de toute façon, en poussant tous les boutons à fond, le jeu tourne à un peu plus de 40fps et reste toujours au-dessus des 24. La chute brutale à 8fps a été enregistrée aussi bien en jeu que sur bench mais dans les deux cas, elle a été imperceptible.

 

tombraider

 

ultime

En ultime, c’est presque totalement jouable.

Sur Tom Raider, c’est presque la fête. La 860M est un peu court en ultime où elle descend à 21fps lors des tests. On n’est pas à l’abri de ralentissements lors de grosses scènes de fusillades et d’explosions. En ultra pas de souci, nous n’avons pas réussi à descendre sous les 35fps, avec une moyenne 45. A l’aise.

 

sleepingdogsHD

 

extreme

 

Avec Sleeping Dogs et ses textures HD, ça rigole moins. En extrême,on oublie tout de suite sauf si vous avez une passion honteuse pour les diaporamas. En élevé, c’est tout beau et tout jouable. On ne descend jamais sous les 25fps et la moyenne est plutôt de l’ordre des 47 fps.

rome2

Histoire de faire couiner aussi le proceseur, on a lancé Rome 2 Total War avec plein de Romains en jupette qui se mettent dessus. Autant l’avouer, l’Asus G551 n’a pas aimé. Le mode ultime vous rappellera les cartes des cours d’histoire. Pour jouer confortablement, il faudra se contenter de réglages en very high. Ce qui est déjà pas très bien pour cette petite carte.


Farcry4

Pour Far Cry 4, il faudra faire des conséquents. En high, le jeu ramouille un max avec une moyenne d’à peine 24fps et de belles chutes à 12 quand ça pète de tous les côtés. Le jeu est cependant joli même en médium.

Bilan des performances : Le gain de performance par rapport à une 765M de la génération est significatif sur Bioshock Infinite et Tomb Raider par rapport au i7 4700hq et la 765M du P35K par exemple. Sur Sleeping Dogs, l’écart est beaucoup plus réduit (+10%). On notera que les progrès se font surtout dans une configuration usuelle et pas dans les plus hauts réglages où de toute façon, la 860M est à la peine.

 

 Conclusion et galerie photos

C’est l’heure du bilan et après plus d’une semaine de tests intensifs, il faut le reconnaître : à moins de 1000 euros, l’Asus G551 est une bonne petite machine polyvalente. Et comme toujours dans cette gamme de prix, c’est votre tolérance aux petits défauts. Les performances sont bonnes et les finitions de qualité laissent penser que c’est une machine qui pourra vous accompagner de nombreuses années, pourvu que vous n’oubliez pas d’emporter un chiffon pour l’essuyer régulièrement.

En chipotant un peu -après tout on est là pour ça-, on peut trouver plein de petits défauts agaçants : écran peu lumineux, un peu de chauffe, pas de vrai SSD, son moyen et prise unique pour le casque/micro. Le G551 est aussi un peu bruyant en pleine charge. Les bricoleurs regretteront de ne pas pouvoir faire facilement un repast pour gagner quelques degrés.

Au final, on a une machine équilibrée qui devrait satisfaire les joueurs à petit budget.

3 Réactions

  1. Je suis l’heureux possesseur de ce modele est je pour vous cetifié qu’il envoi quand meme pas mal ^^

    • Salut, je viens de récupérer le miens mais en version I5,
      Je trouve que la dalle a temps de réponse assez élevée…c’est très désagréable…j ai une légère rémanence dans tout les jeux.
      Vous constatez la même chose ou le miens est défectueux?

Connectez vous ou Inscrivez vous pour pouvoir laisser un commentaire